Spotlight on Geopolitics

Pour la première fois en soixante ans après une récession, la reprise actuelle est très faible. C’est pas la presse de gauche cette fois, mais le très conservateur Wall Street Journal qui estime dans son numéro de 3 Août que ” la multiplication des emplois sous-payés induit une croissance anémique du niveau de vie . Le salaire horaire moyen a augmenté de moins de 2 % depuis l’année dernière, perpétuant la faible croissance des salaires dans la reprise. (…) ” Et encore :

« Les entreprises qui embauchent appartiennent aux secteurs qui ne peuvent pas facilement augmenter les ventes sans embaucher. En général , ces secteurs versent des salaires plus bas que ailleurs. Depuis un an, le commerce de détail, la restauration, l’hôtellerie et les agences de travail temporaire ont alimenté plus de 40% de la croissance de l’emploi. Beaucoup de ces contrats sont à temps partiel. Le nombre d’Américains ne travaillant pas à temps plein, qui a connu un pic pendant la récession, ne s’est pas beaucoup amélioré et a eu tendance d’augmenter pendant une grande partie de cette année. ( 8 millions d’Américains travaille contre leur gré à temps partiel). Le président Barack Obama a insisté sur la nécessité de créer de bons emplois, notamment pendant une visite dans des locaux d’Amazon, à Chattanooga (Tennessee) ou il a appelé de ses voeux « une meilleure donne pour les classes moyennes » (…) Beaucoup de ces emplois ne sont rémunérés que 11 dollars par heure, voire moins (…) « Pour nous , ce sont de très bons emplois », a déclaré la porte-parole d’Amazon … » ( Ben Casselman, États-Unis : Une croissance Low Cost, The Wall Street Journal, 3 Août, 2013) .

En effet, la situation économique des « working poor » est presque identique en Allemagne, ou le parti libéral est le grand perdant des élections là-bas et le vrai gagnant est Die Linke .

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print